Etudes et recherche scientifique

Le Lynx boréal figure parmi les espèces de carnivores inscrites sur des listes internationales, européennes, nationales ou régionales justifiant la nécessité d'une protection ou la mise en place de mesures de conservation du fait des menaces qui pèsent sur elles.

Comme dans un certain nombre de régions d’Europe centrale, la population vosgienne de Lynx est issue d’un programme de réintroduction. Entre 1983 et 1993, 21 individus (9 femelles et 12 mâles) ont été relâchés dans le massif. Cependant, 10 seulement ont participé à l’établissement de la population suite à la disparition d’animaux (causes indéterminées, braconnage, malnutrition) ou à la recapture d’individus trop familiers. En 2011, la dernière évaluation triennale du statut du Lynx en France (ONCFS / période 2008-2010) a révélé une stagnation voire une légère diminution de l’aire de présence régulière de l’espèce dans le Massif des Vosges. Il est possible que ce déclin soit par ailleurs sous estimé.

Différentes hypothèses pourraient expliquer cet apparent déclin et notamment, celle d’une réelle baisse de l’effectif local. Durant l’hiver 2012/2013, une étude par piégeage photographique intensif a été conduite conjointement par le CROC et l’ONCFS avec l’appui de correspondants du Réseau Lynx dans une zone d’environ 400 km2 située dans les Hautes-Vosges, à cheval entre le département des Vosges (88) et le département du Haut-Rhin (68). Cette étude s’est basée sur les protocoles éprouvés par le CNERA PAD dans le massif jurassien. Au total, 60 pièges photographiques ont été posés sur 30 sites. Malgré un effort d’échantillonnage de 3337 nuits-pièges et plus de 1180 photographies de faune, aucune photographie de Lynx n’a été prise pendant toute la durée de l’étude. Bien que cette étude ait été conduite dans une zone bien précise du massif, son résultat soulève de sérieuses interrogations concernant l’état de conservation de la population vosgienne dans son ensemble. Ainsi, 3 autres suivis intensifs ont été réalisés dans d’autres secteurs du massif en 2013-2014 (au sud de l’A4), en 2014-2015 (Vosges du Nord) et en 2015-2016 (Vosges centrales). Ces suivis ont tous conduit au même résultat : zéro photo de Lynx.

Monitoring du Lynx boréal (Lynx lynx) dans le Massif des Vosges

Le Massif des Vosges © 2013 CROC / J. Pichenot

En parallèle, le CROC poursuit d’autres investigations de terrain à l’aide de l’outil de piégeage photographique. Le piégeage photographique est aujourd’hui un outil d’échantillonnage non invasif communément employé pour le suivi de la faune sauvage et notamment des félins. Le Lynx se prête bien à cette méthode car son pelage présente des marques distinctives individuelles.

Lynx «Van Gogh» photographié en 2013 dans le massif du Donon à l’aide d’un piège photographique - ©  CROC 2013

Piège photographique © CROC 2016

Aller à la page du Programme Lynx Massif des Vosges : cliquez ici


Rapports / publications / colloques autour de notre programme scientifique sur le Lynx boréal dans le Massif des Vosges : cliquez ici

Les partenaires financiers 2019 pour le programme «Amélioration de l’état de conservation du Lynx boréal dans le Massif des Vosges» :

Découvrir tous les partenaires financiers, techniques et scientifiques du CROC : cliquez ici

Lynx «Bingo» photographié en 2016 dans le sud du Massif  des Vosges à l’aide d’un piège photographique - ©  CROC 2016

© 2019 CROC / Mentions légales / Plan du site

Le Programme "Amélioration de l'état de conservation du Lynx boréal dans le Massif des Vosges" est  cofinancé par l’Union européenne avec le Fonds Européen de Développement Régional.

En parallèle de ces sessions de suivis par piégeage photographique, le CROC apporte aussi depuis 2017 un appui technique sur le terrain à l’équipe de la Stiftung Natur und Umwelt Rheinland-Pfalz (SNU) qui coordonne l’EU-Projekt LIFE Luchs Pfälzerwald.






Ce monitoring de terrain a été mis en place suite à la dispersion et à l’installation dans le Massif des Vosges du Lynx Arcos lâché en Allemagne le 7 mars 2017. En 2019, le lynx Gaupa (lâchée le 22 février en Allemagne) a fait également des excursions dans les Vosges du Nord donant lieu à des prospections de terrain avec l’aide locale de l’association SOS Faucon Pèlerin Lynx.


Ainsi, en fonction des besoins de connaissance identifiés et dans la mesure de ses possibilités pratiques, le CROC assure :

•la visite de certains sites de franchissement d’infrastructures linéaires de transport terrestre de la dispersion des lynx en France ;

•la recherche de proies dans le cas d’une suspicion de consommation (cluster de localisations GPS nocturnes ; contrôle non systématique des clusters) ;

•un suivi télémétrique pour localiser les lynx en l’absence de données GPS (par exemple lors de problème de couverture réseau) ;

ARCOS © SNU Martin Greve 2017