Recherche et études scientifiques

Le Lynx boréal figure parmi les espèces de carnivores inscrites sur des listes internationales, européennes, nationales ou régionales justifiant la nécessité d'une protection ou la mise en place de mesures de conservation du fait des menaces qui pèsent sur elles.

Comme dans un certain nombre de régions d’Europe centrale, la population vosgienne de Lynx est issue d’un programme de réintroduction. Entre 1983 et 1993, 21 individus (9 femelles et 12 mâles) ont été relâchés dans le massif. Cependant, 10 seulement ont participé à l’établissement de la population suite à la disparition d’animaux (causes indéterminées, braconnage, malnutrition) ou à la recapture d’individus trop familiers. En 2011, la dernière évaluation triennale du statut du Lynx en France (ONCFS / période 2008-2010) a révélé une stagnation voire une légère diminution de l’aire de présence régulière de l’espèce dans le Massif des Vosges. Il est possible que ce déclin soit par ailleurs sous estimé.

Différentes hypothèses pourraient expliquer cet apparent déclin et notamment, celle d’une réelle baisse de l’effectif local. Durant l’hiver 2012/2013, une étude par piégeage photographique intensif a été conduite conjointement par le CROC et l’ONCFS avec l’appui de correspondants du Réseau Lynx dans une zone d’environ 400 km2 située dans les Hautes-Vosges, à cheval entre le département des Vosges (88) et le département du Haut-Rhin (68). Cette étude s’est basée sur les protocoles éprouvés par le CNERA PAD dans le massif jurassien. Au total, 60 pièges photographiques ont été posés sur 30 sites. Malgré un effort d’échantillonnage de 3337 nuits-pièges et plus de 1180 photographies de faune, aucune photographie de Lynx n’a été prise pendant toute la durée de l’étude. Bien que cette étude ait été conduite dans une zone bien précise du massif, son résultat soulève de sérieuses interrogations concernant l’état de conservation de la population vosgienne dans son ensemble. Ainsi, 3 autres suivis intensifs ont été réalisés dans d’autres secteurs du massif en 2013-2014 (au sud de l’A4), en 2014-2015 (Vosges du Nord) et en 2015-2016 (Vosges moyennes). Ces suivis ont tous conduit au même résultat : zéro photo de Lynx.

Suivi du Lynx boréal (Lynx lynx) dans le Massif des Vosges

Le Massif des Vosges © 2013 CROC / J. Pichenot

En parallèle, le CROC poursuit d’autres investigations de terrain à l’aide de l’outil de piégeage photographique. Le piégeage photographique est aujourd’hui un outil d’échantillonnage non invasif communément employé pour le suivi de la faune sauvage et notamment des félins. Le Lynx se prête bien à cette méthode car son pelage présente des marques distinctives individuelles.

Lynx «Van Gogh» photographié en 2013 dans le massif du Donon à l’aide d’un piège photographique - ©  CROC 2013

Piège photographique ©  2013 CROC / E. Germain

Aller à la page du Programme Lynx Massif des Vosges : cliquez ici


Rapports / publications / colloques autour de notre programme scientifique sur le Lynx boréal dans le Massif des Vosges : cliquez ici

Depuis 2013, le CROC conduit trois types de suivis par piégeage photographique pour suivre l’état de conservation du Lynx dans le Massif des Vosges :

  1. -Suivi INTENSIF / CROC, ONCFS et Réseau Loup Lynx : Les suivis intensifs sont réalisés au cours de l’hiver durant deux mois afin de respecter la condition de « population fermée » nécessaire pour appliquer les modèles statistiques de « Capture-Marquage-Recapture ». Un maillage de cellules de 2,7 x 2,7 km a été défini sur l’ensemble du Massif des Vosges. Dans la zone étudiée, un site est sélectionné dans une maille sur deux assurant ainsi une bonne couverture spatiale de l’échantillonnage. Sur chaque site, une paire de pièges photographiques est posée en vis-à-vis afin de photographier les deux flancs des individus et donc de les identifier plus facilement. L’objectif de ce protocole est d’obtenir une estimation de la densité de lynx sur la zone d’étude échantillonnée

  2. -Suivi INTERMEDIAIRE / CROC : suivi par piégeage photographique mise en place par le CROC au cours des hivers 2013/2014 et 2015/2016. Les suivis intermédiaires se composent d’au moins 10 appareils (1 piège par site) sans se figer à un plan d’échantillonnage calé sur un maillage par exemple ou une durée (comme pour les suivis intensifs). Pour chacun des sites sélectionnés, un seul appareil photographique est mis en place. Ils visent à suivre les secteurs utilisés par des lynx lors de leurs déplacements (domaines vitaux). Leur mise en place fait suite à la confirmation à l'aide d'une photographie de la présence d'un lynx.

  3. -Suivi PONCTUEL / CROC, correspondants du Réseau Loup Lynx : des suivis de petite envergure (généralement moins de 10 pièges en place) et ne sont pas figés à un plan d’échantillonnage calé sur un maillage ou une durée (comme pour les suivis intensifs). Pour chacun des sites sélectionnés, un seul appareil photographique est mis en place. Ces suivis visent à (1) être opérationnels le plus rapidement possible après la découverte d’un indice de présence et sa validation par le Réseau Loup Lynx, (2) confirmer à l’aide d’une photographie la présence de l’espèce localement et (3) identifier l’individu.

Les partenaires financiers 2017 du Programme Lynx Massif des Vosges :

Découvrir tous les partenaires financiers, techniques et scientifiques du CROC : cliquez ici

Lynx «Bingo» photographié en 2016 dans le sud du Massif  des Vosges à l’aide d’un piège photographique - ©  CROC 2016

Équipe        Recherche et études scientifiques       Rapports et publications


Education / EEDD        Conférences        Partenaires        Stages

© 2018 CROC / Mentions légales / Plan du site